Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 11:17

III

 

 

 

 

Ils n'ont pas attendu

 

 

ton sourire

 

 

 

 

Ils ont lancé leurs pierres avant

 

 

Stupeur :

 

 

tu pouvais être ailleurs lumière

 

 

morte pour eux

 

 

ce sang sur ta lèvre

 

 

ne veut pas dire…qui oserait ?

 

 

que tu nous a privé de tes soleils

 

 

 

 

IV

 

 

 

 

Il faut engranger nos bonheurs

 

 

avant qu'ils ne demandent leurs part

 

 

ou bien

 

 

ils guetteront au coin du champs

 

 

Notre sang

 

 

giclera sous leurs fourches

 

 

ils nous mutileront

 

 

à coups d'éclat de rire

 

 

 

 

V

 

 

 

 

Ils ont égorgé ta pensée

 

 

gaulé les étoiles

 

 

Ils t'ont remis le joug…

 

 

Au sillon quotidien

 

 

Tu n'auras plus jamais le choix

 

 

Ils ont fermé - des oiseaux meurent

 

 

Tous les chemins

 

 

 

 

 

 

LES EAUX BLONDEs

 

 

 

 

Apre bonheur

 

 

il faudra mesurer à l'aulne des matins

 

 

la rude étoffe des absences

 

 

 

 

ne pas trembler

 

 

Les tournesols ont cessé de danser

 

 

immobiles

 

 

les choses pèsent d'éternité

 

 

 

 

on a cloué le soleil au ciel

 

 

N'écoute pas

 

 

ils ne savent rien de l'aurore

 

 

 

 

les eaux claires sont douces à boire

 

 

le faucon n'attend qu'un signe

 

 

 

 

Marquer au cœur

 

 

De quelle eau parle la fontaine

 

 

de quel pays le vent

 

 

de quel hiver es tu l'esclave

 

 

 

 

Quand vivrons nous l'âme des choses

 

 

 

 

Du soleil ou de la mort

 

 

qui marche à tes côtés

 

 

 

 

Venus de la forêt des peurs

 

 

Des bruits de feu brûlent encore

 

 

 

 

Verrons nous le pays des sources ?

 

 

 

 

Au droit - fil des vignes

 

 

songer

 

 

aux dieux fous qu'il faudra prier

 

 

pour qu'à nouveau tu danses

 

 

au retour fabuleux des geais et des mésanges

 

 

 

 

LES CAILLOUX BLANCS

 

 

 

 

Résister au destin

 

 

la mort acceptera

 

 

tous les gestes de vivre

 

 

 

 

Ne pas cueillir

 

 

le fruit qui veut mûrir encore

 

 

aimer en patience

 

 

 

 

Se souvenir espérer

 

 

frontières d'un mal ou d'un bonheur

 

 

pas à genoux

 

 

 

 

Tant de sel

 

 

pour l'aube de nous connaître

 

 

 

 

Nuances

 

 

ne pas habiter sur la peau des choses

 

 

 

 

Entrer

 

 

 

 

 

 

Les pervenches n'ont rien à dire

 

 

croire au mystère de la saison

 

 

- seul

 

 

 

 

Si les murs ont la parole

 

 

ils parlent de prison

 

 

 

 

Rêver à la mer

 

 

 

 

Des images font leur chemin

 

 

résonances

 

 

cent fois revivre - non contraints

 

 

 

 

Pour une colline

 

 

un frisson de fleur d'amandier

 

 

 

 

Remettre en cause

 

 

 

 

Non pas penser au bonheur

 

 

mais à vivre

 

 

 

 

Habitudes

 

 

ce poids de souffrance n'est fait

 

 

que de contredire son âme

 

 

 

 

Marcher jusqu'au bout du désert

 

 

le myosotis attend

 

 

 

 

Laisser l'épée

 

 

il suffira de l'âme pour n'être pas esclave

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Solange Sudarskis - dans poèmes
commenter cet article
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 10:40

 

 

 

…et in Arcadia ego

 

 

NAISSANCEs

 

 

I

 

 

L'île au soleil

 

attend les oiseaux noirs

 

le vent

 

fermera tes yeux

 

Nue dans la douleur

 

tu regardes l'eau des étangs

 

Il neige sur tes rêves

 

 

II

 

 

Oiseaux d'océan

 

tes mains caressent

 

dans mes yeux

 

les épées des iris

 

 

III

 

 

Tu marches

 

 sur un cœur en sentier

 

qui attendait tes pas

 

Ton sourire éteindras les seringas

 

et les murailles de l'été

 

s'écrouleront

 

Tu seras tige au vent des souvenirs

 

Est-ce que l'amour pleurera ?

 

 

IV

 

 

Fleur en tes yeux d'or

 

le soleil ensanglanté

 

ne veut pas mourir

 

V

 

 

Dans l'eau de l'étang

 

ton image anneau

 

tremble

 

au doigt du temps

 

 

VI

 

 

Au creux de toi

 

à l'ancre d'un ailleurs orange et calme

 

une trirème

 

bat les rythmes du rêve

 

 

VII

 

 

Le vent marche sur la nuit

 

sur ton sourire

 

Tu m'as laissé les quelques grains

 

de ta lumière

 

 

VIII

 

 

On brisera la soie que tu tissais

 

tes yeux brillent - colchiques

 

au crépuscule

 

les couteaux des cailloux

 

ont lynché ton sourire

 

 

IX

 

 

Les souvenirs ont froid

 

 

L'écorce bleu du rire au vent s'en va

 

Très loin là bas la mer…

 

 

La fontaine irisée de tes yeux - fleurs

 

givre à l'hiver de ton silence

 

 

X

 

 

Par les heures qui se taisent

 

A cette croix de chemins

 

Se divise le long vertige

 

Des amours sans visage

 

 

EXILS

 

I

 

 

Chemins des rêves

 

où revivre tous nos passages

 

le sang de l'aube éclabousse en moi

 

ton visage

 

 

II

 

 

Somptueux instant

 

l'étang

 

la lumière rejaillie

 

le temps qui jette sa poudre aux yeux

 

miroir d'un amour

 

 

III

 

 

L'âme lavée de clairs matins

 

aux sous bois scintillants

 

tu m'as donné de vivre

 

l'automne

 

de ce pays naissant

 

 

IV

 

 

Quel navire

 

m'a laissée sur quel rivage

 

l'horizon

 

les fleurs ont l'air de pleurer

 

chavire dans le soleil de l'avenue

 

 

V

 

 

Croquis d'un bonheur - le temps

 

l'ombre des choses non vécues

 

l'intime silence

 

-   non voulues

 

et l'inconnu sourire

 

 

Dans quelle nuit chuchote

 

Cet amour là ?

 

 

VI

 

 

Au printemps

 

tout revivra sous la terre

 

humus des jasmins parfumés

 

absent présent

 

tu me respireras

 

 

VII

 

 

Haut dans le ciel

 

alouette

 

ta vie défie tous les soleils

 

Au couchant

 

blottir ta fièvre dans mes mains

 

VIII

 

 

Lèvres du vent

 

messager

 

un instant sur ma lèvre

 

arrêté

 

…qui a pleuré ce goût de sel ?

 

 

IX

 

 

Des oiseaux tournent en silence

 

. flocons d'absence

 

Il neige

 

sur l'île où tu ne viendras pas

 

la mer, la mer

 

n'a pas voulu de nous

 

 

X

 

 

Les sarcelles ont égorgé l'aube

 

tu n'en reviendras pas

 

on clouera mon corps à ta croix

 

des cris

 

giffleront le silence

 

Qui sait déjà qu'un amour meurt ?

 

 

XI

 

 

Fusain d'un souffle dans l'aurore

 

tu as redessiné ma vie

 

ma mémoire sent la forêt

 

des jours sont nés

 

- sans toi

 

 

XII

 

 

Le vent

 

décidera de nos jours

 

sur les lignes de nos deux mains

 

sang et eau

 

mêlées

 

joie et peur

 

le vent

 

 

XIII

 

 

Pour un jour d'étoiles

 

il faudra longtemps pousser

 

la roue

 

des soleils levants

 

apprendre à sourire au possible

 

 

 

LES SENTIERS ROUGES

 

I

 

 

Les chemins

 

sont empierrés de mots

 

 

Il ne faut pas marcher pieds - nus

 

 

Garder conscience

 

que le silence - écoute

 

est bien vivant

 

 

II

 

 

Ceux qui desserviront le table

 

tremblants de jalousie

 

Ceux qui fermeront les volets

 

s'étonneront :

 

tu auras quitté la fête

 

avant que les fous se purifient

 

en jetant leurs lampes - tempête

 

dans les granges de nos moissons

 

 

III

 

 

Ils n'ont pas attendu

 

ton sourire

 

 

Ils ont lancé leurs pierres avant

 

Stupeur :

 

Repost 0
Published by Solange SUDARSKIS - dans poèmes
commenter cet article