Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 00:54

« Bon appétit, Messieurs! O ministres intègres ! Conseillers vertueux! Voilà votre façon de servir, serviteurs qui pillez la maison ».

Non, je ne vais pas vous parler de Ruy Blas, quoique…mais je vous invite à une lecture, ni pieuse ni religieuse, des versets qui se trouvent au 2ème chapître de la genèse versets 16 et 17.

Il y est question de l’interdit de manger de l’arbre de la connaissance. Ce texte est traité, en général, de manière réductrice, à la limite de la magie. Si on demande à tout venant ce qui se passe autour de ces versets il dira : Dieu avait donné un ordre de ne pas manger d’un certain arbre, comme si les autres étaient commestibles, et, Adam et Eve ont transgressé et ont changé l’histoire de l’humanité. Comme si, n’ayant pas su résisté à la seule tentation, ils auraient modifié l’ordonnancement de l’humanité et nous auraient mis dans un sal pétrin.

Et pourtant des enseignements , par leurs commentaires de ces versets, répondent pour nous aider à mieux comprendre et notre vie et nos comportements au regard de ce texte.

Alors essayons de reprendre les choses. Après avoir créé l’homme, mais avant de créer la femme, D. donne Un ordre à Adam au 2ème chapître verset 16 et 17, ce fut sa première parole à l’humain : L'Éternel Dieu donna cet ordre à l'homme : Tu mangeras de tous les arbres du jardin, et tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.

Adam, seul auditeur doit transmettre cette loi à ceux qui viendront après lui, en l’occurrence Eve.

Dans le 3ème chapître, suite à l’échange avec le serpent, Eve répond : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin,  Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. La femme invite l’homme à manger de l’arbre de la connaissance mais il y a erreur sur ce qu’est pour elle l’ordre originel: Donc l’homme a mal transmis à la femme et elle communique dans l’erreur avec le tentateur et si faute il y a c’est parce qu’il y a faute sur la transmission.

Cependant, Adam et Eve en mangent mais ne meurent pas de suite. Ici la mort n’est donc pas qu’un phénomène physique. Mais leur conduite dans l’histoire entraînera l’existence de la mort et en perspective le meurtre d’Abel et l’errance de Caïn.

Que signifie alors manger de la connaissance ?

Sans occulter le mot « arbre » qui évoque tout ce qui monte de la nature, nous rappellerons seulement que du point de vue symbolique, nous le savons bien ici, l’arbre peut évoquer aussi l’humain dressé entre ciel et terre. Le sachant, ne pas manger de la connaissance, c’est ne pas manger tout ce que symbolise l’arbre. Ce n’est pas l’objet de la nature (les fruits etc…) qui est évoqué ici, mais alors que « manger » veut dire ? Que « connaître » veut dire ?

Manger, c’est satisfaire un besoin corporel, consommer de la nourriture, de la culture, du sexe, c’est ramener à soi le monde pour satisfaire son quant-à-soi, son égo. C’est faire sien, c’est avoir la maîtrise, la domination des choses. Consommer, c’est détruire, la bouche, en tenue de table ne s’appelle-t-elle pas le centre de démolition ?

L’objet de la consommation trouve vite sa satisfaction, on a vite fait le tour,  et on a besoin de renouveler le champ du désir. On a besoin alors d’aller connaître ailleurs, au-delà de ce que l’on connaît déjà, dans un ailleurs toujours ailleurs.

Pour pouvoir être dans la continuité de la relation à l’autre, cela nécessite de ne pas le réduire à l’objet de notre satisfaction première mais de l’accompagner loin de soi et de lui conserver son étrangeté à nous-mêmes.

Connaître est à l’opposé de manger. Plus on connaît, plus les richesses sont découvertes et laissent apparaître la complexité sans se l’approprier.

Derrière le mur de Planck, la connaissance ne se laisse même pas approcher.

Nous entendons donc que l’acte de connaître ne peut pas se laisser consommer.

Et pourtant on ne peut dissocier l’acte de manger de l’acte de connaître.

Prenons un exemple simple : manger du pain. C’est se rassasier, mais ce morceau de pain peut-être aussi nécessaire à celui qui a faim. Il s’agit d’accommoder  mon besoin et de connaître, par rapport à cette nourriture que je consomme, le besoin de celui qui est autre que moi-même. A chaque fois que l’on mange, il s’agit de prendre en compte les besoins qui composent la société qui nous entoure. C’est à cela que sert de dire une bénédiction avant chaque repas. Pas seulement pour remercier une hypothétique providence, mais pour considérer, dans le respect de l’égalité en dignité de tous les hommes, que les besoins des autres ne sont pas moins légitimes que les miens, pour qu’il n’y ait pas d’injustice des destins et qu’il y ait un minimum d’équité pour que les autres aient leur part de survie. C'est ce qu'enseigne le père à son fils le soir de la Paâques juive, au "quel est le sens des lois de témoignage, des décrets et des lois sociales mentionnés dans la Thora ?", le père répond à l'enfant "On ne mange plus de l'afikomane" (morceau de matsa consommé après le repas et qui marque la fin de toute consommation jusqu'au lendemain La réponse paraît étrange face à la question. Et le père de rajouter : "si tu veux saisir le sens des commandements, il suffit de comprendre le sens de l'afikomane : mettre une limite à son appétit de vivre, à sa jouissance totalitaire". La limite peut se situer, certes, par rapport à D. qui a donné l'ordre, mais surtout par rapport au prochain qui lui aussi a son propre appétit de vivre.

Nous partageons le pain pour commencer un banquet d’ordre dans cet esprit, n’est-ce pas ?

Chaque fois que je consomme, je prive le monde de ce que je viens de détruire.

Manger de la connaissance c’est ignorer cela et ce serait la mort de la société.

Dès que l’on a conscience d’être au  monde, se joue, pour moi, le problème suivant : ne suis-je pas en train de consommer le monde en ignorant ce que je dois connaître pour que le monde survive et/ou suis-je en état de connaître en oubliant de manger ?

Dans le premier ordre d’homonimisation donné à Adam, dans cette loi tout fut dit. A cause de son son échec de la comprendre elle fut redonnée à Noé,  sous la forme des 7 lois noachides. C’est une liste de sept impératifs moraux, considérée comme le code civil le plus ancien de l’humanité.

Commandements :

  • d'établir des tribunaux,
  • de l'interdiction de blasphémer,
  • de l'interdiction de l'idolâtrie,
  • de l'interdiction des unions illicites,
  • de l'interdiction de l'assassinat;
  • de l'interdiction du vol,
  • de l'interdiction de manger la chair arrachée à un animal vivant.

Faute de respect, la loi fut encore diffractée dans les 613 commandements de la loi mosaïque. Selon la tradition juive, les 613 commandements ont été donnés à Moïse dont 248 commandements positifs correspondant à chacun des membres du corps humain et 365 commandements négatifs correspondant au nombre de jours d'une année solaire. Le respect de ces commandements, par les juifs pieux, seraient la réparation de la supposée faute de la dégustation de l’arbre de la connaissance et de l’ignorance des lois noachides.

En pratique, aucune liste définitive expliquant les 613 lois n'a pu être établie et leur pratique est presque impossible. Alors, David vint et les réduisit à 11, ainsi qu'il est dit :

Celui qui marche dans l'intégrité, qui pratique la justice et qui dit la vérité selon son cœur. Il ne calomnie point avec sa langue, il ne fait point de mal à son semblable, et il ne jette point l'opprobre sur son prochain. Il regarde avec dédain celui qui est méprisable, il ne se rétracte point, s'il fait un serment à son préjudice. Il n'exige point d'intérêt de son argent, et il n'accepte point de don contre l'innocent. (Psaumes 15:1-5)

Isaïe vint et les réduisit à six : marcher dans la justice, parler selon la droiture, mépriser un gain acquis par extorsion, secouer les mains pour ne pas accepter un présent, fermer l'oreille pour ne pas entendre des propos infamants, et se bander les yeux pour ne pas voir le mal... (Isaïe 33:15)

Michée vint et les réduisit à trois : pratiquer la justice, aimer la miséricorde, et marcher humblement. (Michée 6:8)

Isaïe vint encore une fois, et les réduisit à deux : observer ce qui est droit, et pratiquer ce qui est juste. (Isaïe 56:1).

 

Dans les Actes des Apôtres, Luc raconte que, lors du concile de Jérusalem, sous la présidence de Jacques et en présence de Pierre, on convint d'imposer aux païens qui se convertissent à la religion de Jésus (qui ne s'appelait pas encore le christianisme), des obligations dont il donne à trois reprises la liste et qui ressemble fort aux commandements noachides

  • s'abstenir des viandes immolées aux idoles (comparer la troisième loi noachide: interdiction de l'idolatrie),
  • s'abstenir de l'impudicité (comparer la quatrième loi noachide: interdiction des unions illicites, c'est-à-dire l'inceste),
  • s'abstenir des animaux étouffés, c'est-à-dire des viandes non-saignées (comparer la dernière loi noachide, dont la formulation rabbinique, toutefois, ne correspond pas exactement: interdiction d’arracher un membre d'un animal vivant),
  • s'abstenir du sang (comparer la cinquième loi noachide; interdiction de l'assassinat).

 

Vus comme des devoirs, formalisant une morale sociétale, les commandements élaborés par le judéo-christianisme s’imposèrent par l’exhortation, l’excommunication, la torture, le feu, la lapidation et autres exactions.

 

Depuis les versets 16 et 17, l’homme a cherché à se donner, d’abord, des devoirs de sociabilisation puis des droits immanents et supérieurs, des droits « inhérents à sa personne, inaliénables et sacrés », droits naturels, et donc opposables en toutes circonstances à la société et au pouvoir, à travers une législation qui, aujourd’hui, pose heureusement, en principe, la séparation des pouvoirs religieux et judiciaire. A partir d’un socle développé au XVIIIème siècle et qui évolue encore de nos jours.

  • La première génération fut celle des droits de l'homme civils et politiques ;
  • Deuxième génération : droits économiques et sociaux ;
  • Troisième génération : droits de solidarité ;
  • Quatrième génération : droits globaux.

Aujourd’hui, les principes des devoirs de l’homme sont devenus, en Europe, les droits de l’Homme inscrits dans la  Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, usuellement appelée Convention européenne des droits de l'homme. 

Les principes sont articulés en 18 articles que l’on peut regroupés en grands thèmes et j’en retiendrai quelques uns : la personne physique (Art. 2 : droit à la vie, Article 3 : interdiction de la torture, Art. 4 : interdiction de l'esclavage, Art. 5 : droit à la liberté et à la sûreté) , la personne et l’esprit (Art. 9 : liberté de pensée, de conscience et de religion,  Art. 10 : droit à la liberté d'expression,  Art 11 : droit à la liberté de réunion et d'association), la vie privée et familiale de la personne (Art. 8 : droit au respect de la vie privée et familiale, Art. 12 : droit au mariage), le droit au procès équitable et les garanties procédurables (Article n° 6 : droit à un procès équitable, Article n° 7 : légalité des peines, Article n° 13 : droit à un recours effectif ), la non-discrimination ( art. 14).[1]

La Convention a évolué au fil du temps et comprend plusieurs protocoles. Par exemple, le protocole N° 6 interdit la peine de mort, excepté en cas de guerre.

C’est la Cour européenne des Droits de l’Homme qui permet d’en sanctionner leurs transgressions, elle concerne les habitants des 47 pays signataires. Toute personne s'estimant victime d'une violation de la Convention peut la saisir afin de recevoir une indemnisation, contrairement à la charte universelle des droits de l’homme de l’ONU qui ne prévoit aucune sanction..

Si d’un point de vue personnelle ce sont des droits, par leur observance, ils n’en sont pas moins des devoirs à l’égard de l’autre, et des obligations dès lors que leur transgression est sanctionnée. Comme l’écrit Nietzsche  "Nos devoirs, ce sont les droits que les autres ont sur nous" (Aurore, 1881).

Les 138000 articles (environ) de loi qui régissent notre droit français ne seraient-ils pas l’image fractale du premier commandement du texte de la genèse pour nous obliger à devenir encore plus humain?

Tu ne mangeras pas du fruit de la connaissance, c’est la re-connaissance de la valeur absolue d'autrui. La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui : elle a pour principe, la nature ; pour règle, la justice ; pour sauvegarde, la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait. Alors mangeons pour nous nourrir de la conscience de l’autre en réalisant la congruence ponctuelle du manger et du connaître et Abel sera épargné.

Bon appétit mes frères et mes sœurs, mes compagnons.

 

La réflexion éthique est une interrogation sur les actes et les abstentions.

La morale gouverne les actes et les abstentions mais aussi les intentions même si elles restent à l’état caché.

La déontologie guide les actes et les abstentions

Le droit s’intéresse aux actes.

Partager cet article

Repost 0
Published by elle est parce qu'ailée - dans planches maçonniques
commenter cet article

commentaires