Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2005 1 01 /08 /août /2005 00:00

13- Exigence pour une unité

 

 

 

 

C

 

’est une évidence, l’absence d’un membre de l’atelier coupe l’espace du chantier en deux. Ici et ailleurs. Cependant, les membres de l’atelier absents à la tenue, peuvent  dire leur  présence en pensée malgré tout, par le témoignage du F\ou de la S \ qui rapporte  leurs excuses en loge. Ne pas s’excuser, c’est faire prévaloir, sur le chantier, la prégnance des fantasmes d’abandon, c’est introduire la séparation, la coupure non seulement entre le groupe et l’absent, mais par là même au cœur du groupe. Ne pas respecter le groupe en tant qu’unité, c’est ne pas se respecter soi-même comme appartenant à ce groupe. La responsabilité est un choix et donc une liberté.

 

Travailler en loge fonde le F\M\ dans sa liberté d’être F\M\

 

Ne pas transmettre ses excuses sous forme d’obole ou de parole, c’est abandonner le chantier dont la linéarité est celle de l’enchaînement des tenues d’obligation.

 

Mais l’absent sera en manque, car il y a une  formation que la tenue en loge peut donner au F\M\ et qu’il ne peut trouver ailleurs. Quels en sont les aspects ?

 

Il m’apparaît  que la spécificité du travail maçonnique est ce vécu si particulier de la mise en résonance de l’être avec les rituels pratiqués par la loge, quand elle est réunie en tenue.

 

Les rituels tendent à être l’agent grâce auquel la nature profonde de chacun peut être éveillée et stimulée à un degré tel que le maçon pourra accomplir son grade et gagner cette impulsion supplémentaire, cet élan qui le porteront à travers ses épreuves, en le rendant capable de progresser de point en point, de colonne en colonne, à l’intérieur d’un temple de lumière, suivant une progression précise et ordonnée et qui lui permettront de réaliser cette progression dans le monde profane vis à vis des épreuves que le maçon y rencontrerait.

 

Chaque degré parle un symbolisme dont la parole, les mots, les rituels sont des clés qui devraient inspirer le maçon. Ces rythmes du vocable ou des gestuels produisent des effets. Hors du rituel point d’effet.

 

·      Le rituel rend une loge capable de s’unifier et d’effectuer ainsi un travail d’ensemble en tant que corps unique fonctionnant d’une manière cohérente. Les coups de maillet répétés, non seulement délimitent dans notre mental l’espace sacralisé, mais surtout réunissent les battements de nos cœurs, en les réinitialisant, par le bruit, sur la même pulsation, nos sursauts en témoignent. L’absent ne peut partager cela.

 

·      Chaque mot, chaque acte, chaque mouvement et chaque représentation imagée de la vérité focalise toutes les pensées  des maçons rassemblés en une convergence qui fait unité.. Il faut donc une conscience aiguisée de la symbolique du rituel pour accomplir ces attitudes comme une méditation de groupe. Privilégions au niveau de l’entrée en F\M\ ceux et celles qui nous semblent capables de répondre, après un enseignement d’app\, à cette exigence.

 

 

Chaque degré propose un mystère de signes secrets supposé protéger le F\M\ à chacun de ses grades. De quoi les mots et attouchements protègent-ils ?

 

Au 1er degré, l’impétrant est dépouillé symboliquement de ses métaux. Par là, il est protégé des risques possibles résultant du contact avec les forces électriques qui peuvent être déchargées par l’application de l’épée de l’initiateur.

 

L’initiateur, dans son sens le plus vrai, est en rapport avec les forces et l’énergie, avec la manifestation, entre autres, des phénomènes électriques, lesquels phénomènes résultent de l’interaction de la dualité des forces de l’univers ; entre l’énergie statique et l’énergie dynamique, entre l’esprit et la matière, entre la vie et la forme, interaction au sein de l’unité qu’elle manifeste justement  par cette dualité.

 

·      La cosmologie nous le dit : en tant que singularité initiale, le Big Bang serait une limite absolue à la compréhension de l’univers, puisque les lois de la physique ne sont plus valables, ni même les concepts les plus élémentaires de l’espace-temps. Les mythes racontent cette brisure de la durée grâce à laquelle commence le temps. La réalité est une structure habitée par les nombres, les proportions et les analogies. Ainsi elle se présente à l’homme et à son esprit pour y être déchiffrée.

 

·      La nature nous le dit : en effet, aujourd’hui, au niveau le plus microscopique de la connaissance scientifique, selon le principe d’incertitude d’Heisenberg, dans la particule, le savant ne peut plus distinguer ce qui est matière de ce qui est énergie.

 

·      Le rituel d’initiation, comme tout le rituel, nous le dit aussi :

 

Le profane courbé à l’entrée du temple, prêt à traverser la matrice de la Loge-mère , est prêt à redevenir l’être spirituel primordial. Cet être courbé représente pour certaines traditions, la chute de l’esprit dans la matière, pour d’autres traditions, ce symbole représente le divorce de l’Esprit d’avec la Matière , son retour à sa source primordiale dans laquelle l’impétrant s’immerge. Dans les 2 cas il s’agit toujours du Un manifesté en matière et énergie. ici tout est Un parce que tout est symbole. Si le  signe distingue et donc sépare, le symbole, lui, permet la convergence en réunissant ce qui est épars. Comme l’écrit René Guénon dans « Symboles de la science sacrée » : le complémentarisme n’est que l’apparence extérieure en tant qu’opposition ; mais au-delà du domaine où s’affirment les oppositions, elles doivent, comme tous les contraires, se rejoindre et s’unir d’une certaine façon.

 

Pour en revenir aux effets des énergies, dans les initiations antiques, c’est des dangers de contacts non préparés avec le feu éveilleur, purificateur et illuminateur que les signes protégeaient l’initié, tandis que les mots de passe assuraient la sécurité des  intrus « non-préparés ».

 

 Le feu ou esprit ou énergie était alors déchargé par le moyen de mots exacts qui étaient des mots de pouvoir. La bonne prononciation du phonème ou orthoépie permet ou non de traverser le passage gardé. La cantillation est, dans toutes les traditions initiatiques, un des outils de création d’environnements favorables, ou de mise en relation avec la transcendance. La prise de parole, en tenue, devrait en tenir compte

 

Mais, aujourd’hui, l’humanité, mauvais compagnon, n’a plus qu’une parole substituée, dont le pouvoir est très visiblement dénaturé.

 

Cependant, en loge, la parole prononcée essaiera d’appeler la sagesse, la force et la beauté à se manifester dans le temple, produisant sur les pierres vivantes, qui l’édifient, des effets, des changements spécifiques et nécessaires.

 

Les maçons ont toujours reconnu la parole comme génétique, comme étant la vie parce que donnant la lumière. Je te crée, constitue et te reçois F\M\

 

C’est cette parole qui accomplit l’initiation du néophyte en commencement de sa vie de F\M\ Toutes les autres paroles entendues en tenue appartiennent aussi à un rituel créatif d’une manière d’être F\M\

 

Le rituel, la parole en loge, transmettent au candidat à l’initiation l’énergie qui lui permettra de passer des ténèbres à la lumière dans le premier degré, de gravir l’escalier à vis de la connaissance vers la chambre du milieu au 2ème degré, et d’entrer dans la mort au 3ème grade

 

Un des  buts de l’humanisme est d’atteindre un esprit coopératif ou esprit de groupe et le développement de la conscience de groupe. Ainsi doit apparaître le rôle que joue l’unité dans le tout, et l’interaction de ce rôle dans de plus grandes structures. Par le rituel la maçonnerie peut apprendre cela.

 

Dans le travail maç\ et les activités de la loge, les étudiants de l’humanité peuvent voir dépeinte la nécessité pour les hommes de travailler ensemble comme frères.

 

Ils y trouvent ce que Ricoeur appelle un vivre ensemble de façon pacifiée, dans des institutions suffisamment justes. 

 

Le rituel fonde notre unanimité dans une pratique. Sans le rituel, les plus grandes divergences en matière de philosophie, pour ne pas dire politiques, voire personnelles, auraient déjà entamé l’existence de la F \M.\

 

La pensée symbolique est une pensée qui n’invente pas le monde, mais le rencontre et qui essaye de le comprendre dans son extension.

 

C’est pourquoi, c’est une grande culpabilité que de laisser se déliter un rituel. Le laxisme vis à vis du rituel, c’est permettre la division d‘une loge, c’est laisser les factions pervertir l’esprit d’unité que propose la F \M\ Il ne peut y avoir, indéniablement qu’une unité de vue sur nos commandements librement acceptés. Ces règles, vécues dans le temps sacré de midi à minuit, participent aussi à l’émergence de l’égrégore.

 

Le rituel est le lieu de rencontre de nos pluralités. Cela veut dire que nous acceptons la pluralité, l’identité de chacun, les chemins de sens pris par chacun, mais aussi, que nous reconnaissons la nécessité d’une unité de notre rassemblement braquée sur la totalité du sens, vécue dans et par le rituel.

 

Le Droit Humain est un ordre initiatique, et celui qui vient y chercher l’initiation doit pouvoir la trouver.

 

 

Le Vén\, qui conduit le rituel, et le Gd\Exp\, qui en est dépositaire, sont tout particulièrement garants de son intégrité, ce qui n’exclut pas, en la matière, la responsabilité de tous les officiers de la loge et des FF\ et SS\ qui travaillent sur les colonnes.

 

 

 Dans le symbolisme, dans la signification des outils des ouvriers, dans le mobilier et les bijoux de la loge, dans les travaux, on peut suivre ces points de repère qui montrent le chemin vers l’orient, là où la lumière comme tendance de l’unité peut être trouvée.

 

C’est pourquoi, en plagiant Charles Baudelaire, je dirai " notre Temple est une nature où, comme de longs échos, qui de loin se confondent, dans une ténébreuse et profonde Unité, vaste comme la nuit et comme la clarté, de vivants symboles se répondent " .Ils se répondent, soit dans leur complémentarité, soit dans leur pluralité ; mais toujours ils nous conduisent vers le Un.

 

Et je voudrai prendre, à travers le symbolisme, un exemple de cheminement sur mon chantier de l’extension du sens vers le Un.

 

La  porte basse, à l’occident du Temple, fait de son vis-à-vis à l’orient son correspondant.

 

Là, dans son Delta l’œil regarde la porte. Et je m’interroge : en quoi l’œil est aussi une porte ?

 

Une réponse possible se trouve dans l’alphabet primitif de l’humanité, dans sa forme protosinaïque.

 

Créé vers leXIVe siècle av. notre ère, cet alphabet utilisait, alors, des images d’objet ou de personnages, dont le nom commençait par le vocable que l’on voulait représenter. Ce premier son   servait de repère pour une lettre.. Ainsi,  Apis, permit d’écrire le son « A », et donc la tête  de taureau (qui était Apis) fut le hiéroglyphe primitif de la lettre « A ».

 

C’est ce que l’on appelle l’acrophonie (et qui fait du TGV l’acronyme du train à grande vitesse).

 

De même, l’œil servit de hiéroglyphe pour désigner la lettre « O », car en ces temps et en ces lieux, le mot qui nommait l’oeil se prononçait oyin, ce qui a d’ailleurs donné par évolution dans les diverses civilisations le ayin hébreu et le « O » de notre alphabet.

 

De ce fait le « O » a pris les sens symboliques dérivés du champ lexical de l’œil ; et aussi de tous ses contraires : Visible et invisible, apparaître et disparaître.

 

L’œil énonce tout ce qui est de l’ordre de l’apparition et du secret. Je cite Marc Alain Ouaknin dans son remarquable livre sur le « Mystère de l’alphabet » à propos de l’œil : 

 

" Il est le passage entre l’intérieur et l’extérieur, entre les profondeurs cachées et ténébreuses de la Terre et la clarté du monde solaire " (n’est-ce pas là aussi l’évocation de la porte basse, que le temple nous propose comme correspondant à l’œil ? )

 

Et il est écrit encore sur l’œil : " C’est le point où l’être se dévoile mais en même temps se voile ; un être humain ne se montre pas entièrement, son apparition n’est à chaque fois qu’une partie de la totalité de l’apparition. "

 

N’est-ce pas dire que l’œil témoigne pour le UN dans ses aspects différenciés ? A cet instant d’apparition, ne peut-on pas évoquer une naissance initiatique ? J’abuse du symbolisme me diriez-vous ? Alors devinez, comment se prononçait en Mésopotamie à cette époque le mot qui désignait la vulve féminine représentée en cunéiforme ougarit, cette autre écriture,… par un triangle pointe en haut ! Oyin bien sûr, comme l’œil. Quand le symbolisme vient nous narrer notre histoire de l’humanité, ainsi, par petites  touches, c’est toujours pour moi un émerveillement de la complexité et de la cohérence du UN.

 

Allons plus loin sur cette idée d’unité à laquelle l’œil nous ouvre la porte.

 

Le mot Schéma qui veut dire «écoute »est construit sur cham-ayin ; « là-bas l’œil » c'est à dire « là-bas regarde ». Ecouter,  c’est regarder au-delà de la proximité des apparences.

 

Ecouter, c’est essayer de découvrir le visible et l’invisible.

 

Ainsi, la projection symbolique de la porte basse, à travers le Temple, est devenue dans le Delta, ouverture sur les « au-delà »de Soi. L’œil est une porte ouverte qui donne à voir un espace-temps,  hors de notre portée dans son unité, qui comme une vérité, demeure un « là-bas » ou un touchement d’un plus-loin-encore, une naissance de l’invisible, vers lequel, la quête conduit l’initiable.

 

Ecouter devient alors entendement.

 

Dans la conduite de la loge et les activités des officiers, celui qui cherche trouvera des éclaircissements du gouvernement du monde.

 

 Dans les objectifs éthiques et spirituels de la tradition M\, celui qui cherche trouvera cette inspiration qui le maintiendra résolument dans sa quête.

 

Le mystère de l’esprit, le mystère de la lumière, le mystère de notre recherche de la vérité et de l’expérience spirituelle ainsi que le mystère de l’immortalité et de la résurrection, doivent se révéler à leur vraie place ; et à cette place peut se trouver un maître maç\

 

Tous les maç\ ont été introduits dans le temple de la vie. Beaucoup ont pénétré dans le monde de l’étude et de l’accroissement de la connaissance. Quelques uns ont triomphé de la mort et s’emploient à superviser le travail. Celui-ci est fondé sur la liberté qui confère la pratique du contrôle de soi, sur une égalité qui reconnaît notre humanité partagée et sur une fraternité qui oriente notre attitude mentale vers la solidarité avec tous.

 

Et je dis avec le philosophe Laplantine : Le cœur est le lieu de la synthèse de nos philosophies.

 

Il n’y a pas de justice sans solidarité. Celui qui fait la justice est appelé le juge, celui qui participe à la solidarité est appelé en hébreu un tsadik, c’est-à-dire le juste, car il fait une justice d’équilibre. La solidarité n’est pas une bonté à l'égard d’un être démuni, c’est une justice compensatrice. 

 

La solidarité, c’est-à-dire être juste, est la vocation première de celui qui veut atteindre la transcendance  en recréant une unité de l’humanité, où tout autre est notre humanité partagée. Aller jusqu’aux racines de sa différence, permet d’y découvrir sa compatibilité avec l’autre ; la connaissance n’est que dans une humilité à cette perméabilité des êtres entre eux.

 

C’est l’éthique, fondée sur l’unité de l’humanité, qui permet à la métaphysique de surgir, dans l’indépendance c'est à dire dans le droit de choisir ses interdépendances.

 

 

On peut  relire la Règle 9 pour les candidats «  de  l’initiation humaine à l’initiation solaire », prescrite par Alice Bailey : Que le disciple se joigne au cercle des autres - moi- . Mais qu’une seule couleur les réunisse et que leur unité apparaisse. Ce n’est que lorsque le groupe est reconnu et discerné intuitivement que l’énergie peut-être sagement diffusée.

 

Cette unisson dans le service de l’humanité est fondée sur

 

1.    l’unité de but

 

2.    l’unité de vibration

 

3.    l’identité d’affiliation en groupe

 

4.    des liens karmiques de longue date

 

5.    la possibilité de travailler en relations harmonieuses

 

 

S’il est vrai qu’il existe des structures qui permettent probablement de constituer de tels groupes, ce qui est certain, c’est que le travail en loge maç\réunit, au grade de M\, ces conditions. Le travail en tenue solennelle consiste à assurer l’emprise de son ego sur sa personnalité de façon à ce que la relation ésotérique du groupe devienne possible sur le plan physique. L’égrégore survient par une discipline de la personnalité du F\M\, et c’est ce que le rituel lui propose, de rencontres ponctuelles en rencontres ponctuelles, et ce, jusqu'à trouver, à la lumière d’une aurore inhabituelle, le fil qui relie.

 

 

C’est un pacte de renoncement narcissique

 

en échange d’une espérance totale.

 

 

Voilà, entre autre, pourquoi je pense que nous devrions vivre, à chaque instant de nos tenues, non seulement dans l’observance des rituels mais aussi dans leur exigence, ce qui permettra à chacun de vivre sa différence.

 

 

 

 

Alors, comme l’écrivait Daniel Pons dans «  Le fou et le créateur », son œuvre  maîtresse, et s’adressant à son frère, le créateur humain, celui qui tente de se construire lui-même en harmonie avec la parcelle de l’Unité qui l’habite :

 

 

Créateur, mon frère, lorsque tu sentiras ton corps d’éphémère t’abandonner, souviens toi alors que la barque d’Isis est un char qui conduit,  vers l’éternité, tous les corps exténués à force de s’être surpassés…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Solange SUDARSKIS - dans planches maçonniques
commenter cet article

commentaires