Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2005 1 01 /08 /août /2005 00:00

11- Accueillerie

 

 

 

 

M

 

on F\.Z. , ma S\.B. le 'M' et le 'B' que vous pouvez voir sur le tablier des M\ ne signifient pas "merci beaucoup" et pourtant...L'épreuve que vous venez de vivre n'est pas une consécration. Rien ne vous a été conféré, rien ne vous a été donné de plus que ce que vous avez apporté en étant ce que vous êtes.

 

L'initiation de ce soir n'est pas un sacrement; elle est une mise en chemin, sur une voie de la pensée, où la lumière guide des êtres libres et de bonnes mœurs qui s'y retrouvent.

 

La quête initiatique est une façon d'habiter le monde. C'est admettre et vouloir s'orienter, c'est vouloir sortir du chaos; c'est faire un pari existentiel sur le sens contre l'absurde et c'est au cœur d'une telle démarche que se construit aussi la fraternité. L'initiation fonde la fraternité. En effet, c'est par la réalisation de la construction d'un temple que se fait la fraternité des compagnons et le compagnon lui-même.

 

C'est en travaillant sur lui-même et par ses actes que le F\M\ construit une fraternité opérative qui le relie à ses F\et S.\et qu'il peut, à partir de là, poursuivre la construction de la fraternité des hommes, où chaque homme est un vecteur de la vérité universelle. Les hommes sont irréductibles dans leur singularité et là il y a une égalité absolue en dignité. C'est en affirmant cela que la F \M\ affirme en même temps que la personne est porteuse d'universalité. Le F\M\ est celui qui est capable de reconnaître l'universalité en tout autre. Pour un F\ M\ la différence  n'est pas revendiquée pour elle-même (cela porterait en soi le risque d'une barbarie sauvage) mais la différence est, pour lui, les aspects différenciés de l'universalité.

 

Ce respect de soi et de l'autre est une des facettes de l'observance de la Loi Morale qui fait de lui un être de bonnes mœurs, et à laquelle le F\M\obéit de sa propre volonté, montrant ainsi son aptitude à l'autonomie.

 

Ici, une loi vous est donnée, pour renouveler en ce sens votre  liberté : ce sont les Règlements Généraux qui nous proposent des catégories de pensées pour nous organiser en groupe, œuvrant aux progrès de l'humanité.

 

Et pour cette société, la F \M\ propose une incomparable manière d'être parce qu'ici tout est symbole.

 

Depuis Saussure, nous savons que tout système de langage est composé de signes et qu'un signe est composé de deux éléments, le signifiant et le signifié auquel le signifiant fait référence (le sachet montre le contenu sémantique). Mais en parlant, nous banalisons les signifiants qui ainsi, devenus communs à tous, ont perdu leur vérité, alors que nous avions enfoui et sédimenté dans le signifié ce que nous avons de plus intime, ce que nous avons de plus personnel dans nos rapports à une réalité vécue du monde.

 

Utiliser le symbole, ce n'est pas seulement ni simplement parler, c'est dire.

 

Avec le symbole, le bavardage cesse, pour laisser place au discours philosophique au service du plus vrai.  User de symboles, c'est donner à chacun la possibilité et la nécessité de rechercher par l'effort et la tension du questionnement l'ouverture aux sens, la quête de nos possibilités par l'interprétation et le respect des possibilités de l'autre. C'est rendre les mots communs propres à chacun.

 

Ma S\, mon F.\ tu es jeune et je le suis un peu moins; ainsi nous ne parlons pas le même langage. Les mots ont la consistance de cette sédimentation faite de rapports de nos vécus. Alors reprenons ensemble ce qui fait lien et en même temps nuance. Epelons lettre à lettre pour structurer le signifié par des signifiants enfin propres. Tu épelleras et nous écouterons et nous te suivrons pour te comprendre.

 

Nous épellerons aussi, puisque tu ne sais pas lire, pour te donner un chemin vers l'unité qui fait sens. Accepte-le, non comme un reproche, (la vue que tu as du monde n'est que parcellaire), mais comme une offrande et considère qu'apprendre à rassembler ce qui est épars ne te mène qu'à atteindre ta seule vérité. Tisser les lettres pour en faire des mots ensemble, c'est faire de chacun un sujet, et de chaque être un lieu de convergence, un centre d'union, un "continent existentiel".

 

Le symbole ne recouvre pas d'obscurantisme, il dévoile, il révèle une connaissance du monde toujours plus vaste qu'une parole enfermerait et réduirait dès lors qu'elle se donnerait à entendre sous forme de discours.

 

Notre imperfection est une promesse d'avenir.  Les araignées sont parfaites en leur espèce mais n'ont aucune chance d'évoluer depuis des millions d'années.

 

Votre résurrection de ce soir est l'évidence de ce dépassement qui fonde notre nature imparfaite, mais qui laisse espérer cette évasion de la cage des systèmes clos.

 

 

Ma S\B, mon F\Z, pour plagier Paul Eluard qui écrit:

 

"Des abeilles volaient futures de leur miel et j'ai multiplié mes désirs de lumière pour en comprendre la raison"; j'ai envie de vous dire ce soir: Tu es venu(e), notre espérance t'attendait, futur de toi-même, et j'ai multiplié nos désirs de lumière par ta présence.

 

Oui, ici, nous sommes ensemble dans la lumière, non pas juxtaposés, mais reliés comme des gouttes d'eau qui parce qu'elles sont dans la lumière forment alors un arc-en-ciel, cette arche d'alliance pour les fils de lumière.

 

 Dans cette relation à l'autre  le F\M\ crée sa vérité en créant son œuvre : lui-même.

 

L'être humain vient de son avenir, son identité n'est pas son héritage (il peut choisir de renaître comme vous l'avez fait), cette identité-à-renouveler par l'initiation doit scintiller à partir de l'avenir où se trouve déjà notre histoire.

 

Il vous a été  très clairement exprimé par vos épreuves d'initiation que la vie est un passage d'épreuves inéluctables: épreuves de la mort mais aussi de la vie qui foisonne ; épreuve de la liberté, de celle que les autres ont ou n'ont pas, de celle que nous n'avons pas suffisamment; épreuves des quotidiens mutilés mais aussi épreuves du bonheur. Le F\M\ est celui qui triomphe des épreuves et parce qu'il aura triomphé, il  pourra aller plus loin, vers sa gloire de rencontrer d'autres épreuves pour faire de lui un homme parmi les hommes, pour lequel il n'y a plus de limites intérieures sur une voie initiante de la sagesse.

 

Mon F\ ma S\, vous êtes déjà sédimentés de toutes vos-morts-traversées et de celle d'aujourd'hui en particulier. Là, vous êtes morts comme profane pour renaître, par notre recon-naissance comme F\.M\

 

 Le second surv\ est chargé de vous guider pour commencer le voyage vers votre être en devenir.

 

Notre S\ G. est ce guide-là. Allez vers elle, elle vous mènera vers vous.
 Ma S
\B\, mon F\ Z.,  vous êtes passés, ce soir, par la porte basse pour accéder au passage de l'équerre au compas, de la terre au ciel, pour accéder à la présence de l'Infini.

 

Le bandeau des gestations vous a été retiré pour une conversion du regard qui vous éveillera à l'immensité qui se donne maintenant à voir.

 

Nous participons à une pensée qui cherche à éveiller la pensée en  respectant la nuit; cette nuit qui est notre pauvre vérité du jour mais qui porte en elle la promesse d'une aurore. Le temple et les rituels Maç\ nous en montrent des lueurs.

 

 Dans cet Infini, la couleur , qui fondamentalement signifie une division, une contraposition de valeurs, le miroir d'une différence, d'une dramatisation de la réalité, la couleur devient ici   l'aspiration à la lumière.; à la lumière originelle, celle à laquelle s’éclairent nos flambeaux. 

 

 

Elle entre dans la couleur, l'engendre, la traverse et lui donne  la grâce. Ici, nous sommes dans une loge bleue.

 

Comme cette lumière qui porte son obscurité pour faire de la couleur, le nombre 2 peut-être ombre et clarté. Commencez par ce 2 pour trouver le 3, celui qui ne demeure  pas pluriel, mais celui qui ramène à l'unité. Que ce 2  soit pacifique! S'il est dualité, opposition, parfois division au commencement de l'apprentissage, il porte cependant la promesse d'être aussi le 2 de la multiplication. Alors ce n'est plus deux points qui s'opposent dans la nature complémentaire duale, c'est un plan qui se développe et qui permet d’œuvrer dans le réel où s'accomplit la reco-naissance du F\M\

 

Et, je  dis avec René Char : La quête d'un F\ ou d'une S\, signifie toujours la recherche d'un être, à qui nous désirons offrir des transcendances. 

 

Et je dis, avec tous les F\ et S\ de cet atelier, ma S\B., mon F\Z.,  en devenant ce soir notre S\, notre F\, nous vous remercions de nous offrir vos transcendances pour nous les faire partager dans la joie de la fraternité, par vous ce soir revivifiée.

 

 

J'inscris d'une ligne légère le cheminement d'un printemps qui fait, du bourgeon de l'instant que vous êtes encore, une fleur-vers-la-lumière où elle trouvera ses fruits, qui portent déjà votre propre graine.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Solange SUDARSKIS - dans planches maçonniques
commenter cet article

commentaires