Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 11:17

III

 

 

 

 

Ils n'ont pas attendu

 

 

ton sourire

 

 

 

 

Ils ont lancé leurs pierres avant

 

 

Stupeur :

 

 

tu pouvais être ailleurs lumière

 

 

morte pour eux

 

 

ce sang sur ta lèvre

 

 

ne veut pas dire…qui oserait ?

 

 

que tu nous a privé de tes soleils

 

 

 

 

IV

 

 

 

 

Il faut engranger nos bonheurs

 

 

avant qu'ils ne demandent leurs part

 

 

ou bien

 

 

ils guetteront au coin du champs

 

 

Notre sang

 

 

giclera sous leurs fourches

 

 

ils nous mutileront

 

 

à coups d'éclat de rire

 

 

 

 

V

 

 

 

 

Ils ont égorgé ta pensée

 

 

gaulé les étoiles

 

 

Ils t'ont remis le joug…

 

 

Au sillon quotidien

 

 

Tu n'auras plus jamais le choix

 

 

Ils ont fermé - des oiseaux meurent

 

 

Tous les chemins

 

 

 

 

 

 

LES EAUX BLONDEs

 

 

 

 

Apre bonheur

 

 

il faudra mesurer à l'aulne des matins

 

 

la rude étoffe des absences

 

 

 

 

ne pas trembler

 

 

Les tournesols ont cessé de danser

 

 

immobiles

 

 

les choses pèsent d'éternité

 

 

 

 

on a cloué le soleil au ciel

 

 

N'écoute pas

 

 

ils ne savent rien de l'aurore

 

 

 

 

les eaux claires sont douces à boire

 

 

le faucon n'attend qu'un signe

 

 

 

 

Marquer au cœur

 

 

De quelle eau parle la fontaine

 

 

de quel pays le vent

 

 

de quel hiver es tu l'esclave

 

 

 

 

Quand vivrons nous l'âme des choses

 

 

 

 

Du soleil ou de la mort

 

 

qui marche à tes côtés

 

 

 

 

Venus de la forêt des peurs

 

 

Des bruits de feu brûlent encore

 

 

 

 

Verrons nous le pays des sources ?

 

 

 

 

Au droit - fil des vignes

 

 

songer

 

 

aux dieux fous qu'il faudra prier

 

 

pour qu'à nouveau tu danses

 

 

au retour fabuleux des geais et des mésanges

 

 

 

 

LES CAILLOUX BLANCS

 

 

 

 

Résister au destin

 

 

la mort acceptera

 

 

tous les gestes de vivre

 

 

 

 

Ne pas cueillir

 

 

le fruit qui veut mûrir encore

 

 

aimer en patience

 

 

 

 

Se souvenir espérer

 

 

frontières d'un mal ou d'un bonheur

 

 

pas à genoux

 

 

 

 

Tant de sel

 

 

pour l'aube de nous connaître

 

 

 

 

Nuances

 

 

ne pas habiter sur la peau des choses

 

 

 

 

Entrer

 

 

 

 

 

 

Les pervenches n'ont rien à dire

 

 

croire au mystère de la saison

 

 

- seul

 

 

 

 

Si les murs ont la parole

 

 

ils parlent de prison

 

 

 

 

Rêver à la mer

 

 

 

 

Des images font leur chemin

 

 

résonances

 

 

cent fois revivre - non contraints

 

 

 

 

Pour une colline

 

 

un frisson de fleur d'amandier

 

 

 

 

Remettre en cause

 

 

 

 

Non pas penser au bonheur

 

 

mais à vivre

 

 

 

 

Habitudes

 

 

ce poids de souffrance n'est fait

 

 

que de contredire son âme

 

 

 

 

Marcher jusqu'au bout du désert

 

 

le myosotis attend

 

 

 

 

Laisser l'épée

 

 

il suffira de l'âme pour n'être pas esclave

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Solange Sudarskis - dans poèmes
commenter cet article

commentaires

HenrY LeMaçoN 02/02/2007 09:52

Vous avez lu, vous avez vérifié, et vous n'y croyez plus à la roue de la fortune!!!
La fantasmagorie est un art réservé à ceux qui frappent trois fois pour recevoir 9 pierres précieuses en mairie de V illeurbanne à notre coup de maillet...

solange sudarskis 01/02/2007 13:05

Ma vie est réelle, pas dans les fantasmes, phantasmes ou la liberté d'expression des internautes, bienvenus visiteurs, virtuels et respectés en tant que tels. Ce poèmes sont des souvenirs d'un temps où internet n'existait pas encore.

HenrY LeMaçoN 01/02/2007 08:45

Comme l'apôtre Pierre, vous avez peur d'être compromise!
Trop tard, c'est fait!
Revenez au domicile internet conjugal, ils vous y attendent!
Votre réaction était prévue!
Comme lui, vous serez sur le devant de la scène en qvête de notre pardon!

HenrY LeMaçoN 28/01/2007 10:01

Ne tenez pas compte du précédent message de la bête; elle voulait du mal au monde.
C'est fini,                             213