Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 09:16

À l’ordre d’apprenti et son signe

Avec le concours de V.B.

 

 

V : se lève à l’ordre et se place devant S.

  • V : Debout et à l’ordre [mon frère], ma sœur.

S : se lève les pieds parallèles, jambes légèrement écartées et la main trop de côté

  • V : Voici un aperçu de franc-maçon. Pourquoi te tiens-tu ainsi ?
  • S : Je suis à l’ordre parce quand on est debout on est toujours à l’ordre du grade de la tenue
  • V : Que veux-tu exprimer avec ton bras ainsi positionné ?
  • S : Que j’aurais la gorge coupée plutôt que de manquer à mon serment
  • V : Dis donc, tu ne prends pas trop de risque, cela ne va pas te couper grand chose si tu es taillée à partir de là seulement…
  • S : Mais ce n’est pas grave, c’est symbolique non ?
  • V : Mais alors si tu trouves que ce n’est pas important, pourquoi le fais-tu ?
  • S : Parce que c’est ce que font les autres en se mettant à l’ordre, non ?
  • V : Ah ? En es-tu sure ? Voyons cela. Y a-t-il une différence entre la posture appelée « à l’ordre » et le « signe de l’apprenti » ?
  • S : Il devrait y en avoir une certainement puisque les mots sont différents.
  • V : Oui, en effet. On dit que la mise à l’ordre est une attitude qui permet de séparer symboliquement les deux parties du corps, le sec et l’humide, la lumière et l’inférieur, ton geste exprime-t-il cela ? En effet, la noble portion, qui contient la tête siège de la raison et des affections, des facultés intellectuelles et spirituelles, celle qui doit travailler, doit être protégée, par la conscience de la posture, des influx des zones corporelles, sièges de l’affectivité et des passions (plexus solaire et parties génitales) vouées à l’accomplissement des fonctions charnelles de la nature.
  • S : Donc ma main en équerre devrait simplement le montrer en étant juste sous la gorge ! Ainsi ?

Mettre la main sous la gorge avec le bras bien en angle droit

  • V : C’est la main sous la gorge qui importe et qui est signifiante. Le bras peut être à l’horizontale si tu le souhaites, il ne signifie rien de particulier dans la mise à l’ordre. Tu peux donc poser ton bras contre ton buste et t’éviter un exercice d’étirement inutile. Et ta main s’ouvre naturellement en équerre, se positionnant comme le dit le rituel du RéAA : le larynx entre le pouce et l’index. Le bras gauche doit toujours rester immobile, le long du corps pour indiquer la verticalité.
  • S : Comme ça ?

S : met la main en équerre sous la gorge avec le bras contre le buste

  • V : Oui, comme ça. Nous faisons tous ce geste pour nous mettre à raisonner ensemble, avec notre esprit, pour parler le même langage, pas pour faire un concours de posture ou pour se mortifier.

Pour sauvegarder l’unicité et l’homogénéité de la Loge, nous devrions choisir, et je te propose ce que recommandait Jules Boucher  « Se mettre à l’ordre, c’est placer la main droite à plat sous la gorge, les quatre doigts serrés et le pouce écarté formant l’équerre. La main gauche reste pendante.

  • S : Donc la mise à l’ordre ne rappelle pas le serment ? Mais alors quand faut-il lever le coude ?
  • V : En salle humide, aux agapes ou aux apéritifs… Je plaisante.
  • S : Je voulais dire quand est-ce que je montre que je me souviens de mon serment ?
  • V : Lorsque tu fais le signe d’apprenti ! C’est à ce moment là que le coude doit être impérativement levé pour montrer l’horizontale avec le bras. Ce geste est considéré comme un signe pénal, car c’est lui seul qui rappelle le serment. Le signe complète la posture à l’ordre par d’autres significations. Le Signe d’Ordre se fait uniquement debout, lors d’une prise de parole ou lors du déroulement du rituel, jamais en position assise. Il se fait au moment où tu quittes la mise à l’ordre, soit pour faire une batterie, soit pour te rassoir, soit quand tu as fini de parler.

C’est en glissant la main le long de la gorge, de gauche à droite, que tu rappelles la promesse faite au cours de la cérémonie d’initiation : je préfèrerais avoir la gorge tranchée plutôt que de manquer à mon serment.

S : trace l’horizontale

Le bras qui retombe fait partie intégrale du signe pour tracer une horizontale suivie d’une verticale sans laquelle l’équerre ne serait pas apparente.

S : laisse retomber le bras le long du corps pour tracer la verticale.

Ce signe est considéré également comme un signe de reconnaissance pour saluer un autre franc-maçon même en dehors du temple. C’est pourquoi, en entrant en salle humide, il est courant de voir des frères et sœurs le faire.

  • S : En résumé : Il y a deux composantes successives, de significations différentes mais indissociables. Debout et à l’ordre c’est une posture immobile  qui fait référence explicitement à l’équerre qui apparaît avec la main. Le signe d’apprenti, quant à lui, est une gestuelle en deux temps qui fait référence 1° de façon statique, à l’équerre avec la main droite, au Niveau avec le bras droit horizontal, au fil à plomb avec le bras gauche vertical ;  et 2° dans le mouvement avec le tracé de l’horizontale puis de la verticale de l’équerre.

Mais dis-moi, l’équerre, l’équerre, l’équerre ! Pourquoi cette importance ?

  • V : L’évidence est que l’équerre invite à la droiture. ; elle est reconnue comme symbole de bonnes mœurs. Se mettre à l’ordre puis faire le signe est l’incarnation même de l’équerre.

L’équerre, construite par une ligne horizontale et une ligne verticale, c’est l’union des complémentaires. Elle représente l’action de l’homme sur la matière comme sur lui-même

  • S : Le maniement de l’équerre permet d’approfondir les concepts de droiture, d’équité et d’équilibre ?
  • V : L’utilisation mentale de l’équerre permet de donner aux mots leur sens propre afin qu’ils expriment des idées précises suivant des raisonnements droits. Grâce à l’équerre, le travail des maçons pourra faire bénéficier, à la pierre qu’il est, d’une juxtaposition parfaite sans laquelle la construction du temple serait impossible pour un vivre ensemble harmonieux.

L’équerre est un moyen d’établir des figures géométriques d’une parfaite rectitude, elle est une indication pour  la vie de l’adepte ; il se doit d’être d’une droiture sans faille. S’il n’a pas pour ses propres actions cette implacable exigence, il n’obtiendra rien de durable au point de vue morale et moins encore au point de vue initiatique. Le franc-maçon doit réserver son indulgence pour les fautes et les défauts de son prochain, pas pour lui.

  • S : Alors si l’équerre est le fondement symbolique de notre être, la base de contact de notre corps avec le monde devrait être aussi une équerre et mes pieds devraient l’attester aussi.
  • V : Oui, les pieds doivent être à l’équerre aussi, et tu réalises alors un point initial et initiant de mise en forme de ton être en unité, tu commences à rassembler ce qui est épars en toi.

S : se met à l’ordre, pieds à l’équerre

  • S : Alors, c’est une sorte de garde à vous ?
  • V : Ah non ! Sûrement pas. Tu ne le fais jamais pour obéir bêtement, mais avec conscience. En loge, on oublie un peu son égo pour parler le langage du groupe, mais ce n’est sûrement pas un abandon de nos facultés de raison, c’est au contraire l’éveil de celle-ci.

Si tu te mets à l’ordre machinalement, interroge-toi, ton esprit est-il vraiment avec nous ? Si tu as le sentiment de te mortifier quand tu prends la posture, interroge toi sur le sens d’une telle mortification et ajuste ta posture pour que ton geste soit juste, en accord avec son sens, qui n’est sûrement pas de se faire du mal mais qui est une exigence de conscience de ce que tu fais. Et si on te fait la leçon sur les degrés de l’angle de ton bras, ou la verticalité de ton coude à l’ordre, reprends en pensée les significations que tu veux lui donner en les exprimant par cette gestuelle.

Et maintenant que tu es correctement à l’ordre ma sœur, fais nous le signe d’apprenti.

S : fait correctement le signe

  • V : Voici un exemple de franc-maçon éveillé que l’on reconnaît comme tel. Prends place [mon frère]ma sœur.
  • S : J’ai dit

S : se rassoit après avoir refait le signe

  • V : J’ai dit

V : se rassoit après avoir fait le signe

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by elle est parce qu'ailée - dans planches maçonniques Franc-maçonnerie
commenter cet article

commentaires